— Ecrire pour améliorer sa vie — Outil n°5 : L’exercice du miroir

Bonjour,

aujourd’hui, je vous présente le cinquième et dernier outil de  la série « Ecrire pour améliorer sa vie » que j’ai intitulé :

« L’exercice du miroir »

 

Il y a des gens dont les comportements m’agacent, me mettent en colère, me dérangent, et que je qualifie de défauts.

Lorsque ces personnes me sont totalement étrangères, je dirai que cela n’a pas grande importance, mais lorsque ces personnes font partie de ma vie et que je suis amenée à les voir régulièrement, cela peut vite devenir insupportable.

Lorsque dans une relation, l’autre m’agace, je pars du principe qu’il ne va pas changer, que c’est à moi de changer, notamment ma perception, et travailler sur moi pour ne plus être affectée par les comportement et attitudes de l’autre.

L’outil n°2 permettait de se libérer de la colère, l’exercice du miroir, a pour but de voir les choses différemment, de changer son point de vue et la perception que l’on a des autres et de soi-même, dans un esprit de tolérance et de bienveillance.

C’est un exercice assez simple mais qui demande de l’honnêteté, du courage, de l’humilité pour regarder à l’intérieur de soi ainsi qu’une grande capacité à se remettre en question.

D’un point de vue émotionnel et énergétique, c’est un exercice puissant, qui peut bousculer, ébranler nos convictions et nos croyances.

En quoi cela consiste?

Je pense à une personne dont les comportements m’agacent, m’irritent, m’exaspèrent.

Sur une feuille, je fais 2 colonnes.

Dans la première, je fais la liste des défauts/comportements  que je reproche à cette personne : il/elle est + défaut/comportement. Une ligne, un défaut.

Dans l’autre colonne, en face de chaque défaut/comportement, je réécris ce défaut/comportement mais je remplace il/elle est, par je suis + défaut/comportement.

La première réaction que j’ai eu lorsque j’ai fait cet exercice la première fois, a été « NON! Je ne suis pas du tout comme ça moi! » « Oui, mais moi c’est différent »

Mais en y réfléchissant bien, en me posant un instant, en portant un regard honnête sur moi-même, en mettant mon ego de côté….

Par le passé, n’ai-je pas été un jour comme ceux à qui je fais des reproches? Ne m’arrive-t-il pas encore aujourd’hui d’avoir ce même genre de comportement qui m’insupporte chez les autres? Peut être pas tout le temps ni dans la même intensité, mais juste un peu, parfois? Honnêtement.

A quoi sert cet exercice?

Cet exercice permet d’illustrer et mettre en évidence le principe de l’effet miroir (du moins en partie car c’est un principe qui recouvre plusieurs dimensions). Selon ce principe de cause à effet, ce que je vis et vois à l’extérieur est le reflet de mon intérieur.

La réalité extérieure serait le miroir de ma réalité intérieure. L’autre est un miroir.

Je peux alors en déduire que les défauts de l’autre, je les ai aussi en moi, c’est la raison pour laquelle je les vois.

Si ces comportements me dérangent chez l’autre, peut être est-ce parce que je ne suis pas en accord, inconsciemment, avec ces mêmes défauts que j’ai en moi. Peut être que je rejette ces parties de moi-même, peut être qu’elles m’agacent et je ne les supporte pas non plus en moi.

L’agacement causé par les défauts des autres et le rejet de leurs comportements sont un message, pour travailler sur moi-même, comprendre ce qui se passe en moi, m’accepter dans ma globalité, m’autoriser à être moi-même et m’aimer davantage.

En m’aimant davantage, en acceptant mes parties « sombres » et en m’autorisant à être ce que je veux être, cela m’amène à plus d’indulgence, de compréhension et de bienveillance vis à vis de moi-même et des autres.

En faisant ce travail d’acceptation et d’amour, ce qui me dérangeait chez l’autre, me dérange moins et je l’accepte aussi, tel qu’il est.

Cela a pour conséquence d‘améliorer la qualité de mes relations avec les autres. Si je cultive plus d’amour et d’acceptation pour moi-même, selon le principe de l’effet miroir, cela se reflète autour de moi et notamment dans mes relations, qui ont tendance à s’apaiser.

Cet outil me permet alors d’éveiller ma conscience, de mieux me connaître, afin de me transformer, m’aimer davantage, transformer mes relations avec les autres, et améliorer ma vie. 

Bien entendu, si l’exercice d’écriture est plutôt rapide à réaliser, le cheminement et le travail d’acceptation qui en découle demandent un temps plus ou moins long selon les personnes.

Mais la prise de conscience est la première étape d’un travail de développement personnel.


Pour aller plus loin

Il est possible d’aller encore plus loin dans cet exercice, et de terminer sur une note positive.

Après avoir fait la liste des défauts de cette personne qui m’agace tant, j’essaie de trouver une qualité à cette personne. 

Cette personne dont je ne vois que les défauts, les parties « sombres », a forcément, des qualités, des parties « lumineuses » en elle, comme moi!


 

Voilà, c’est la fin de ma série d’articles de développement personnel sur le thème de l’écriture.

J’espère que les outils que je vous ai présentés vous auront plu et vous auront été utiles, comme ils l’ont été pour moi.

Je serai heureuse de lire vos retours. Tenez moi au courant de vos expériences!

En attendant de vous lire, je vous souhaite le meilleur!

A bientôt!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s